Business

Portage salarial : combien ça coûte pour se lancer ?

Par Patricia , le 29/08/2021
Portage salarial : combien ça coûte pour se lancer

Pour beaucoup de travailleurs, l’un des principaux défis est de parvenir à jumeler la flexibilité qu’offre le statut d’entrepreneur avec la sécurité du salariat. C’est ce mariage difficile que réussit à réaliser le portage salarial. Créée vers la fin des années 80 et légalisé en 2008, cette forme d’emploi atypique attire de plus en plus de personnes actives. Si c’est également votre cas, voici un dossier complet sur le fonctionnement de ce dispositif et sur le véritable coût du portage salarial.

Portage salarial : c’est quoi et c’est pour qui ?

Avant d’aborder l’aspect du coût du portage salarial, revenons en détails sur ce que c’est et à qui il s’adresse.

Définition du portage salarial

Pour faire simple, le portage salarial peut se définir comme une forme d’emploi qui se situe à mi-chemin entre l’entrepreneuriat et le salariat. Elle permet en effet de profiter à la fois de l’indépendance propre au statut d’entrepreneur et de la couverture sociale offerte par le salariat.

A qui s’adresse le portage salarial ?

De par son fonctionnement, le portage salarial représente une alternative intéressante à la création d’entreprises. Il permet en effet à toute personne disposant d’une expertise donnée, de la vendre, sans avoir à supporter les risques propres à l’entrepreneuriat. Cette forme d’emploi convient donc tout particulièrement aux métiers dont la prestation intellectuelle n’est pas vraiment réglementée. 

Elle s’adresse également aux spécialistes et consultants dans des domaines variés. 

Il s’agit, entre autres, des :

  • Métiers du web et du digital ;
  • Professionnels du secteur de l’immobilier ;
  • Photographes et vidéastes ;
  • Consultants en marketing et en communication ;
  • Coachs et formateurs ;

Comment ça marche ?

Dans son fonctionnement, le portage salarial met ainsi en relation trois acteurs :

  • Le porté ;
  • L’entreprise cliente ;
  • La société de portage.

Dans un premier temps, le consultant et la société de portage s’accordent sur une convention d’adhésion. C’est, en quelque sorte, le contrat de travail qui lie le désormais « salarié porté » à l’entreprise qui l’emploie.

Ce contrat fixe le cadre de la collaboration en définissant les droits et obligations de chaque partie. Y figurent notamment :

  • Le taux de gestion de la société de portage ;
  • Le salaire du porté ;
  • Les avantages sociaux dont bénéficie le porté : inscription à la sécurité sociale, adhésion à une assurance responsabilité civile, congés payées, assurance retraite, assurance chômage, etc.

Conformément à ce contrat, le porté a toute la latitude de prospecter afin de trouver des clients. Sa relation avec ces derniers se limite cependant à la négociation des honoraires et à l’exécution du contrat.

De son côté, la société met en place avec le client un contrat de prestation en bonne et due forme suivant les modalités déjà négociées par le salarié porté. Au terme de chaque mission, elle facture les clients et perçoit le coût des prestations. Elle reverse ensuite au porté, son salaire conformément aux termes convenus dans le contrat de travail qui lie les deux parties. La société porteuse se charge également de toutes les démarches administratives. En contrepartie, elle perçoit une rémunération calculée sur la base de son taux de gestion.

Portage salarial coût pour se lancer

Quel est donc le coût du portage salarial ?

On entend par coût du portage, le montant total des charges qui sont déduites du montant des prestations d’un porté avant le reversement de son salaire. Il est généralement exprimé en pourcentage du chiffre d’affaires réalisé par le consultant. Si vous avez bien suivi les explications précédentes, vous aurez compris que son calcul, nécessite de prendre en compte trois principaux éléments :

Le taux de gestion de la société de portage

Les sociétés de portage salarial se rémunèrent sur la base d’un taux de gestion qui est appliqué sur le chiffre d’affaires réalisé par ses portés. Appelé taux de gestion, ce pourcentage est fixé librement par la société. Il peut ainsi varier de 5% à plus de 10 % chez certaines sociétés. Notez également que certaines sociétés de portage appliquent un taux variable en fonction du chiffre d’affaires ou de l’ancienneté de leurs salariés.

Au moment de choisir votre société de portage, ne vous contentez pas juste de vous orienter vers celle qui propose les taux les plus faibles. Ce serait en effet une erreur de collaborer avec une entreprise qui sous-évalue ses propres services. La qualité de l’accompagnement et les services complémentaires offerts doivent également être pris en compte.

Les charges sociales figurant au bulletin de paie

Comme nous l’avons expliqué plus haut, le choix du portage salarial permet de bénéficier de la même couverture sociale qu’un salarié classique. Cela est possible car la société de portage se charge, au même titre que n’importe quel employeur, de reverser les charges salariales et patronales.

Pour déterminer le coût du portage salarial, il faut donc déduire du chiffre d’affaires du salarié porté, ces charges :

  • Entre 21 et 22 % du salaire brut pour les charges salariales ;
  • Entre 34 % et 47 % du salaire brut pour les charges patronales.

Les autres charges

En plus de ces différentes charges, certaines sociétés de portage prélèvent aussi directement, des charges d’ordre fiscales qui sont reversées annuellement à l’Etat. Il s’agit notamment de la cotisation sur la valeur ajoutée, la contribution au fond d’aide aux handicapés, la contribution sociale de solidarité des entreprises, etc.

Coût du portage salarial, est-ce vraiment avantageux ?

Au vu des charges relativement importantes qui sont prélevées par les sociétés de portage salarial, beaucoup s’interrogent sur l’opportunité de recourir à leurs services. Pour lever tout doute, il est donc important d’évaluer la chose sous différents angles :

Une limitation des risques

Nous vivons une époque où l’entrepreneuriat est fortement encouragé. Cependant, il est important de garder à l’esprit qu’il s’agit d’une voie qui implique beaucoup de solitude et une constante prise de risques. Elle demande énormément de temps et implique de nombreuses responsabilités.

Entre les tracasseries administratives, les besoins de financement, les périodes creuses au départ et le manque d’expérience au début, beaucoup d’auto-entrepreneurs ont tôt fait de déchanter. 

Face à cela, le portage salarial se présente comme une alternative intéressante. En effet, vous n’avez plus besoin de créer votre propre structure et vous n’êtes donc pas exposé aux risques propres à l’entrepreneuriat.

Une gestion administrative simplifiée

Opter pour le portage salarial, c’est aussi et avant tout se simplifier la vie en matière de gestion administrative. C’est en effet la raison d’être d’une société de portage. Pour les freelances et les personnes en auto-entrepreneuriat, c’est l’occasion de se débarrasser de la corvée des taches comptables, fiscales et administratives

Salarié, mais indépendant

En tant que salarié porté, vous bénéficiez d’une totale flexibilité dans la gestion de votre temps et de votre clientèle. Vous travaillez pour ainsi dire quand vous le souhaitez, puisque techniquement vous n’avez pas de patron. Tant que les délais du client sont respectés, vous avez la liberté de vous aménager les plages horaires qui vous conviennent. 

Aussi, la sélection des clients et des contrats est laissée à votre totale discrétion. À moins d’être sur un marché où la demande est des plus faibles, il y a donc très peu de chances que vous ayez à travailler sur des projets qui ne vous plaisent pas ou peu . Dans le même temps, vous demeurez un salarié dans la conception la plus classique du terme. 

Autant d’avantages qui justifient tout à fait le coût du portage salarial. Notamment si vous prenez le soin de choisir le bon partenaire.

Patricia