Déco & Travaux

Nettoyage poêle à bois : conseils et recommandations pour un bon entretien

Par Patricia , le 31/10/2021
Nettoyage poêle à bois : comment le faire correctement ?

L’utilisation d’un poêle à bois exige un entretien rigoureux pour des raisons d’efficacité et de sécurité. Ledit entretien doit être effectué régulièrement par le propriétaire du poêle, et annuellement par un professionnel habilité. Voici donc tout ce que vous devez savoir pour un nettoyage de votre poêle à bois.

Pourquoi procéder à un nettoyage de poêle à bois fréquemment ?

L’utilisation régulière d’un poêle à bois entraîne sur le long terme l’accumulation de bistre, une substance issue des fumées qui se dépose sur les parois. Cette substance a un aspect de goudron et est parfois dur comme le béton. Elle bouche le conduit du poêle à bois lorsque la combustion des bûches ou des granulés ne se déroule pas correctement. 

Cette situation peut provoquer un début d’incendie, et est par conséquent dangereuse pour les habitants de la maison, ainsi que pour vos biens matériels. 

Comment bien nettoyer votre poêle à bois ?

Pour profiter pleinement des capacités de votre poêle à bois, il est important de procéder régulièrement aux travaux d’entretien suivants : 

Nettoyage de la vitre du pôle à bois

Au fil du temps, la vitre du poêle à bois perd de sa clarté et se noircit progressivement en raison du dépôt de suie. Pour lui redonner son éclat, armez-vous d’un papier journal ou d’un chiffon et suivez les étapes ci-après :

  • Laissez le poêle se refroidir ;
  • Portez des gants de ménage en latex pour protéger vos mains ;
  • Mettez une petite quantité d’eau sur votre papier journal ou votre chiffon ;
  • Plongez le papier journal ou le chiffon humidifié dans la cendre ;
  • Frottez la vitre en partant du centre et en faisant des mouvements circulaires ;
  • Rincez avec de l’eau.

Si la couche de suie est trop épaisse, vous pouvez utiliser des nettoyants spéciaux comme les éponges en laine d’acier et les produits chimiques vendus en grande surface pour redonner à la vitre son éclat. 

Cependant, faites attention à ne pas appliquer les produits chimiques sur les pièces du poêle, sur les joints d’étanchéité ou sur la porte du poêle. Cela pourrait occasionner d’importants dégâts.

Notez tout de même que la vitre d’un poêle se nettoie toute seule lorsque la température est portée à 500 ou 600°C par le phénomène de pyrolyse.

Nettoyage de la boîte à cendres

Comme son nom l’indique, la boîte à cendres est la partie du poêle dans laquelle les cendres se déposent après la combustion du bois. Si elle est remplie, le courant d’air ne peut plus accéder correctement au feu pour l’alimenter. 

Dans certains cas, ce phénomène peut entraîner la déformation de la grille. Il est alors important de vider une fois par semaine la boîte à cendres pour assurer au poêle un fonctionnement optimal. Pour cela, il est recommandé d’utiliser une balayette, un tisonnier, une pelle à cheminée ou encore un aspirateur à cendres. 

Cependant, laissez tout de même une fiche couche de cendres dans la boîte pour protéger le fond de la chaleur émise par la combustion du bois à l’allumage

Nettoyage poêle à bois : comment le faire correctement ?

Nettoyage poêle à bois : l’entretien des parois intérieures 

Afin que la combustion du bois et la production de chaleur restent efficaces, ne négligez pas les parois internes de votre poêle. Nettoyez-les régulièrement en utilisant une balayette ou un pinceau afin de les débarrasser des particules chimiques et de la suie.

L’entretien des parois externes

Plus qu’un simple appareil de chauffage, le poêle à bois est un objet déco pour votre pièce. Il augmente le charme de votre maison et rend la vie à l’intérieur plus agréable.

Par conséquent, prenez également soin de son aspect extérieur. À l’aide d’un chiffon doux et humide, nettoyez la façade, les côtés, les joints et le dessus du poêle. Enfin, aspirez régulièrement les ventilations pour éviter qu’elles s’obstruent.  

Les travaux annuels d’entretien d’un poêle à bois 

En plus du nettoyage quotidien de votre poêle à bois, un entretien global doit être effectué par un professionnel une fois par an. Ce dernier viendra vérifier tous les compartiments de l’appareil de chauffage, s’assurer de son bon fonctionnement et procéder à un nettoyage en profondeur. Cet entretien est obligatoire et doit être sanctionné par une facture. 

Par ailleurs, en plus de l’entretien annuel, un professionnel doit effectuer le ramonage du poêle à bois deux fois par an, dont une fois au cours de l’hiver. L’objectif est de venir à bout des déchets accumulés dans les conduits d’aération et qui ne sont pas éliminés par le nettoyage régulier. De plus, le professionnel procèdera au démontage et au nettoyage du déflecteur ainsi qu’au nettoyage des trappes. 

Enfin, il allumera le feu, mettra en service le poêle et se rendra à l’extérieur pour s’assurer que la fumée s’évacue correctement. 

À l’issue de ces travaux d’entretien, le professionnel établit un certificat de ramonage qui atteste que l’installation fonctionne correctement

Nettoyage poêle à bois : comment le faire correctement ?

3 conseils pour prolonger la durée d’utilisation de votre poêle à bois

Pour vous réchauffer encore pendant de longues années avec votre poêle à bois, suivez les trois conseils suivants :

Faites de petits feux intenses

En effet, lorsqu’un feu couve sans flammes et est juste avec des braises, il produit une importante quantité de fumée. La formation de goudron au niveau des parois est alors plus abondante. Pour éviter cela, réchauffez l’intérieur de vos pièces avec de petits feux produisant de grandes flammes.

Choisissez correctement les essences à brûler

Évitez de brûler des plastiques, des contreplaqués, du bois peint, du bois traité ou encore des déchets dans votre poêle. Leur combustion produit des déchets chimiques qui sont toxiques pour la santé humaine et polluent l’environnement. Par ailleurs, elle entraîne l’accumulation de créosote, un liquide jaune limpide, visqueux et gras dans les conduits. 

Il est plutôt conseillé d’utiliser :

  • Le bois de chêne ;
  • Le bouleau ;
  • Le bois d’aune ;
  • Le frêne ;
  • Le hêtre ;
  • Les briquettes de bois.

Utilisez uniquement du bois sec

Le taux d’humidité du bois que vous utilisez dans votre poêle est un facteur déterminant pour sa longévité. Il faut absolument que votre bois de chauffage soit sec pour éviter un dépôt de suie sur la vitre. 

Ainsi, si vous coupez votre bois vous-même, notez qu’un bois fraîchement coupé a un taux d’humidité d’environ 50%. Il faut environ un an de séchage pour que le taux passe à environ 20%, et deux à trois ans pour qu’il passe à 10 ou 15%, selon l’essence. Le bois de chauffage idéal est celui dont le taux d’humidité est compris entre 10 et 20%. En d’autres termes, il faut environ deux ans de séchage avant d’utiliser du bois coupé fraîchement.

Lire aussi : Comment et pourquoi appliquer une lasure sur un parquet ?

Patricia